La Nef des Fous

Débats oecuméniques
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’islam est une secte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: L’islam est une secte   Lun 4 Avr - 17:31

L’islam est une secte

par Moussaabdalnour

Dès les VIIème-VIIIème siècles, Jean Damascène qualifiait l’islam de secte. Effectivement, l’islam fut une secte (qui reprit le canon judéo-chrétien en le détournant dans un sens plus violent et plus partisan), et Mahomet fut son gourou.   Avant tout, un gourou doit se faire obéir :
« Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et prenez garde ! Si ensuite vous vous détournez... alors sachez qu’il n’incombe à Notre messager que de transmettre le message clairement. » (5:92)
Et moi qui croyais que le Messager n’était qu’un simple "annonceur", un homme comme les autres...
Il peut avoir des relations sexuelles avec toute femme de la secte. Allah dit à Mahomet :
" O prophète ! Il t’es permis d’épouser les femmes que tu auras dotées, les captives qu’Allah aura fait tomber entre tes mains, les filles de tes oncles et de tes tantes maternels et paternels qui ont pris la fuite avec toi, et toute femme fidèle qui aura donné son âme au prophète. C’est une prérogative que nous t’accordons sur les autres croyants. " (Sourate 30/49-51)
Ce privilège unique qu’a Mahomet, lui qui aime beaucoup les femmes comme il le dit dans un hadith, lui qui avait un appétit sexuel unique, il en profitera bien. Il épousera Zaynab, la femme de son fils (ce qui est interdit aux autres hommes), grâce à une recommandation d’Allah. Et il épousera Aïcha, 9 ans. Comme l’écrit Tabari : "Malgré le fait qu’Aïcha fut la fiancée de quelqu’un d’autre, et que son père Abou Bakr s’opposait à son alliance avec le Prophète, celui-ci convainquit tout le monde et fit son alliance avec Aïcha. Elle fut donc fiancée à 7 ans et mariée à 9 ans."
Pour le reste, la vie de Mahomet fut très agréable. Il est au milieu de ses disciples, et au moment opportun, arrive la communication d’Allah. Le "prophète" frétille et exprime ses commandements :
... Elle revint donc sur ses pas, retrouvant l’Envoyé d’Allah qui était chez moi, en train de dîner, un morceau de gigot entre les mains. Elle entra et dit : "O Envoyé d’Allah ! Je suis sortie et Omar m’a dit telle et telle chose". Elle (Aïcha) ajouta : "Aussitôt, il reçut la révélation (de la sourate Al -’Ahzâb, verset 59), puis revint à son calme - pendant tout ce temps le morceau de gigot était encore dans ses mains - et dit : Allah vous a autorisé à sortir pour satisfaire votre besoin naturel. (Hadith 4034 dans le Sahîh de Muslim)
L’impôt révolutionnaire, la zakat (à ne pas confondre avec la saddaquat qui est l’aumône), est dédié à la croissance de la secte. C’est la première source de richesse pour Mahomet. Toute tribu vaincue doit acquitter la zakat si elle veut survivre. L’argent a une importance inouïe en islam ; le dépenser au lieu de le mettre dans les caisses de la secte est un péché malin :
« car les gaspilleurs sont les frères des diables ; et le Diable est très ingrat envers son Seigneur. » (17:27)
Mahomet, ce "saint" homme, a naturellement la haute main sur le butin :
« Ils t’interrogent au sujet du butin. Dis : "Le butin est à Allah et à Son messager." Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants. » (8:1)
A une autre époque, Mahomet ne réclamait qu’un cinquième du butin...
« Et sachez que, de tout butin que vous avez ramassé, le cinquième appartient à Allah, au messager, à ses proches parents, aux orphelins, aux pauvres, et aux voyageurs (en détresse), si vous croyez en Allah et en ce que Nous avons fait descendre sur Notre serviteur, le jour du Discernement : le jour où les deux groupes s’étaient rencontrés, et Allah est Omnipotent ). » (8:41)
Menace de châtiment, à présent ! Un des malfaiteurs de la secte a pris une part du butin, qui revient normalement à Mahomet :
« N’eût-été une prescription préalable d’Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris [de la rançon]. » (8:68)
Le produit de la rapine redistribué en partie par Mahomet :
« Mangez donc de ce qui vous est échu en butin, tant qu’il est licite et pur. Et craignez Allah, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
Pour amasser du butin, il faut des razzias, bien sûr. Mahomet s’associe donc à des brigands. Voici les versets qu’il prononce pour galvaniser ses troupes et étendre sa domination :
« Ô mon peuple ! Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants. » (5:21)
« Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent. » (9:39)
« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s’ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu’ils oeuvrent. » (8:39)
La guerre ne cessera donc que quand la seule religion sera celle d’Allah. Il n’y aura de paix que quand les païens cesseront d’être païens... Quand on vous dit que les musulmans pratiquent un djihad défensif : les idées des païens sont une provocation aux yeux des musulmans, donc les musulmans les exterminent ou les convertissent de force, c’est normal, non ?
Pour s’assurer la victoire, il faut faire peur aux éventuels apostats. L’islam est une secte dont on ne peut sortir qu’en risquant sa vie :
S’ils se détournent, saisissez-les, tuez-les, partout où vous les trouverez (Sourate An-Nisa’, IV.89).
Mahomet cherche enfin à discréditer les religions qui pourraient lui faire de l’ombre :
Les Chrétiens ont dit : Le Messie est fils de Dieu. Qu’Allah les anéantisse ! Ils sont tellement stupides. (At-Tauba, IX.30).
Et on sait ce qu’il dit des Juifs. La péninsule arabique doit être purifiée de leur présence, et la Résurrection arrivera après la mort des Juifs...
L’islam est d’ailleurs proche des sectes apocalyptiques.   Le Mahomet racontait n’importe quoi à ses disciples soumis et inquiêts (cela devait être un grand plaisir pour lui) : que le Jugement dernier arriverait après certains signes (comme le fait que le soleil se déplacerait du couchant au levant !)...   Les mahométans fanatiques guettent anxieusement l’arrivée de ces signes.
Avec tout cela, on comprend que le métier de prophète musulman ait fait des émules. Après la mort de Mahomet, des dizaines de prophètes se sont déclarés, aux quatre coila péninsule arabique.Tous voulaient mener la vie de pacha du roué Mahomet 

L'Islam peut donc, à juste titre, être qualifié de secte.

La question qui se pose dès lors à nos autorités est de savoir si elles sont disposées à protéger les ex-musulmans comme elles protègent les transfuges des autres sectes ?

 Elles le devraient, que l'on considère l'Islam comme une religion ou comme une secte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Sam 9 Avr - 13:13

https://www.youtube.com/embed/1mnaRtwWCDI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Sam 23 Avr - 11:24

https://islamqa.info/fr/147996

Est il vrai que tout musulman sera admis au paradis, fût il un hypocrite, un non pratiquant de la prière ou coupable du polythéisme?

Est il vrai que tous les musulmans seront admis au paradis y compris les hypocrites, ceux qui n'observent pas la prière, et ceux qui tombent dans le polythéisme, après un passage en enfer?

Louanges à Allah

Il convient de savoir que la règle générale dans le chapitre de l'accès au paradis et du séjours éternel en enfer est présentée clairement et de façon concise  dans un hadith succinct rapporté par Muslim dans son Sahih (135) d'après Djaber (P.A.a) selon lequel un homme se présenta au Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) et dit: «Ô Messager d'Allah! Quelles sont les deux affaires tranchées? Il (le Messager) lui dit: «Quiconque meurt alors qu'il n'associait rien à Allah sera admis au paradis. Quiconque meurt alors qu'il associait quelque chose à Allah sera envoyé en enfer.»

An-Nawawi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Ses propos: quelles sont les deux choses tranchées? Ils signifient les facteurs qui déterminent l'entrée  de l'individu soit au paradis, soit en enfer.» Ce hadith explique que ce qui donne au fidèle le droit d'être admis au paradis c'est sa persévérance jusqu'à sa mort dans la foi en l'unicité absolue d'Allah. Ce qui le condamne à entrer en enfer, c'est sa persévérance jusqu'à sa mort dans le polythéisme.

Cette règle est immuable et nécessairement connue dans la religion musulmane, des textes concordant à la confirmer de manière insistante. Allah Très Haut dit: «Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché » (Coran,4:48). Le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a expliqué dans le hadith portant sur l'intercession et sur la situation des désobéissants (envers Allah) dans la Géhenne; il a expliqué que seuls ceux qui meurent cramponnés à la foi en l'unicité absolue d'Allah sortiront de l'enfer. Ceux qui auront professé cette foi et en auront imprégné leurs cœurs, en tant soit peu.»Sortira de l'enfer celui qui aura dit : il n' y a pas de dieu en dehors d'Allah alors que son cœur renferme en terme de bien le poids d'une graine d'orgue. Puis  sortira de l'enfer celui qui aura dit : il n' y a pas de dieu en dehors d'Allah alors que son cœur renferme en terme de bien l'équivalent d'un atome.» (Rapporté par al-Bokhari,6861 et par Mouslim,285).

Cela étant, nous pouvons savoir les situations de ceux cités dans la question:

1. Celui qui est tombé dans le chirk majeur, qu'il y soit né comme les juifs , les chrétiens et les bouddhistes ou d'autres types de mécréants ou musulmans d'origine mais apostasiés ensuite pour être tombé dans ledit chirk. C'est celui-ci qui est visé dans la présente question. Sa soi-disant  appartenance à l'islam et sa prétention de la qualité de musulman et les œuvres de charité qu'il exécute ne lui serviront à rien, s'il persiste dans le chirk et ne se repent pas jusqu'à sa mort. A ce propos, Allah le Très haut dit: «En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé: «Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement du nombre des perdants. Tout au contraire, adore Allah seul et sois du nombre des reconnaissants.» (Coran,39:65-66).

2.Celui qui abandonne définitivement la prière puisqu'il ne l'accomplit ni chez lui ni dans une mosquée et ne participe à aucune prière ni à celle du vendredi ni à celle accomplie en groupe, celui-là aura encore son œuvre rendue caduque pour être tombé dans la mécréance résultant de son abandon définitif de la prière. Le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) dit: « A la base de ce qui nous distingue d'eux (la ligne de démarcation entre musulmans et mécréants) se trouve la prière. Quiconque l'abandonne tombe dans la mécréance.» (Rapporté par at-Tirmidhi,2545 et par an-Nassai,459 et vérifié par al-Albani. Voir à propos de la mécréance  de celui qui abandonne la prière la réponse donnée à la question n° 5208.

3. Concernant les hypocrites, si on entend par là ceux qui versent dans l'hypocrisie majeure, manifestent ici-bas qu'ils font partie des croyants alors qu'ils nourrissent la mécréance dans leurs cœurs et la cachent aux gens, ils sont alors pires que les mécréants déclarés et les polythéistes. Voilà pourquoi leur destination se trouvent dans les couches inférieures  de la Géhenne, d'après ces propos d'Allah Très Haut: «Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamais de secoureur,» (Coran,4:145).

4.Si par hypocrite on entend quelqu'un qui a commis une sorte d'hypocrisie pratique tel le mensonge, la trahison, la traîtrise ou quelqu'un qui est tombé dans le chirk mineur, comme l'ostentation, le fait de jurer par le nom d'un autre qu'Allah, ou commet des péchés majeurs ou mineurs, celui-là ne sera déclaré mécréant pour ces simples faits. Ceux-ci ne l'excluent pas de l'islam et ne le feront pas séjourner éternellement en enfer, si toutefois, à sa mort, il reste quelque peu accroché à la foi en l'unicité absolue d'Allah. Son sort est confié à Allah; il peut le châtier à cause de son péché avant de lui permettre d'accéder au paradis vu la portion de la foi en l'unicité absolue d'Allah qui l'anime. Allah peut encore l'admettre gracieusement au paradis directement après lui avoir pardonné le péché qu'il avait commis.

Al-Bokhari,6933 et Mouslim,1655 ont rapporté d'après Abou Dharr que le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «… C'était Gabriel. Il m'était apparu dans un coin de la harra (terre couverte d'asphalte dont une partie se trouvait  à l'est de Médine et une autre à l'ouest) et dit: « Transmets cette bonne nouvelle à ta communauté: toute personne qui meurt alors qu'elle n'associe rien au culte d'Allah sera admise au paradis! Je lui ai dit: « Ô Gabriel! même si elle commet le vol et la fornication? Il dit : oui. J'ai dit encore: même si elle commet le vol et la fornication? il dit : oui, même si elle consommait du vin.»

Allah le sait mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Sam 7 Mai - 17:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Jeu 12 Mai - 10:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Lun 19 Sep - 14:27

Le Coran, un poison qui rend fou les « déséquilibrés »
Publié le 7 janvier 2015 - par Gérard Brazon - Pas de commentaires
Partager
De plus en plus de Français réalisent la nocivité du message coranique. L’hypocrisie des médias est certaine, le discours politique est celui de faux derches.
Chaque jour une agression à l’arme blanche. Une attaque au cou. Ce type d’attaques n’est pas dans notre culture. Mais ce sont, comme par hasard, des faits de « déséquilibrés ». En effet, ils le sont, mais pas de la manière dont le pensent nos médias aux ordres du Qatar et des différents gouvernements.
Comment un enfant pourrait-il ne pas être « déséquilibré » en assistant chaque année aux massacres des moutons, aux cris des pauvres bêtes et aux flots de sang. Le message coranique ne cesse de mettre la mort en avant, de « saisir l’infidèle au cou s’il ne suit pas le bon chemin d’Allah« , en clair, de l’égorger si possible. Est-ce que cela correspond à nos « us et coutumes », nos traditions, nos modes de vie. Donner la mort au couteau n’est pas dans nos habitudes.
Ce dénigrement de la vie, cette obsession de la mort, cette fixation sur le couteau, ce refus du pardon, de la compassion, de l’amour des uns pour les autres et surtout, ce refus d’évoluer et de ce fait, de vouloir rester fidèle à un message de bédouins du désert.
Ce message est inadaptable dans nos contrées. Le Coran parle d’un paradis, de richesses impossibles à trouver dans un désert. L’eau à volonté, coulant fraîche, le miel, les fleurs, les parfums, la fraîcheur, la douceur, des femmes souriantes et obéissantes à volonté. Qui ne rêve pas d’une boisson fraîche par temps de canicule ? Est-ce cela le paradis ? C’est un paradis qui correspond probablement aux rêves d’un bédouin sur son chameau au 7 iéme siècle ?
Oui il y a un déséquilibre. Mais c’est l’islam, son message coranique qui est la matrice de ce déséquilibre, pas l’individu. Cet individu est « déséquilibré » si toutefois on souhaite utiliser cette expression parce que son cerveau est atteint du  virus coranique.

Aujourd’hui le cauchemar décrit dans le livre de Jean Raspail se produit.
Des milliers de Syriens, de musulmans débarquent sur nos côtes européennes. Le bon sens devrait nous conduire à les soigner, et à préparer leur retour aux pays. Nous allons les garder bien sûr, au nom de l’Europe, des « droits de l’homme », de la charité en oubliant que lorsque celle-ci est bien ordonnée, elle commence par soi-même. En France, le budget de l’AME (Aide Médicale d’Etat gratuite de 800 000€) n’y suffira pas. Un début de Paradis en attendant mieux, comme d’être pris en charge par la cohorte de militants associatifs qui font bien plus pour ces immigrés que pour leur vieille voisine qui elle, se tait par pudeur ou honte. Déséquilibre dites-vous ?
Ces nouveaux et futurs immigrés vont se disperser sur le continent. En priorité en France, en Allemagne, en Italie et en Suède nous dit-on. Dans le dernier contingent, il y avait pas mal de barbus. Pas de cette barbe de 10 jours. Celle bien fournie des croyants de l’islam. Tous, sont plus ou moins atteints par ce virus coranique. Combien pourront en guérir ? Le choc des cultures va s’intensifier. Nous recevons des coups de boutoirs incessants depuis si longtemps.
Nos politiques traîtres aux nations sont ravis. Ils plongent en toute conscience leurs pays sous les flots de l’immigration. Les Nations se font noyauter. Je crains fort que nous ayons dans les mois qui viennent, une épidémie de morts agressés à l’arme blanche, au couteau. Une épidémie de « déséquilibrés » dont on taira pudiquement les prénoms pour éviter de « stigmatiser », car bien sûr, l’islam ce n’est pas ça. D’ailleurs, ils trouveront d’autres expressions que « déséquilibrés ». Faisons confiance à l’imagination des communicants, des médias aux ordres.
Sauf que les Français ne sont pas que des « cochons de payants« , pas seulement des bœufs, des veaux. Ils ne sont pas demeurés, ils réalisent peu à peu, dans le brouillard soporifique des 20h, et les discours rassurants des « experts », des moralistes de la bien pensance. Ils le font savoir.
Est-il encore temps ?
Fatalement, nous aurons des réponses qui un jour, cesseront d’êtres pacifiques. Après Jean Raspail, nous aurons ce que nous avait prédit Guillaume Faye dans son livre » La colonisation de l’Europe« . Une guerre civile à la libanaise d’où nous ne sortirons pas vainqueur. Jamais aucun pays n’a subi ce type d’invasion par la colonisation interne et externe, hormis peut-être dans un contexte différent, les amérindiens et les aborigènes.
Nous, Français de souche, nous sortirons probablement perdants comme les Chrétiens du Liban qui ont abandonné leur terre ancestrale. Je connais certains de ces Chrétiens libanais venus en France. Ils militent dans des partis politiques complices de cette libanisation française (UMP-UDI-PS). Quand je leur en fais la remarque, quand je leur démontre la situation et leur rappelle leurs combats d’autrefois, ils me répondent que « c’est compliqué« . C’est sûrement parce que c’est « compliqué » qu’ils ont abandonné leur pays aux Hetzbollah. Demain ils iront où ? Hum, c’est compliqué !
J’ai des amis juifs qui me disent qu’ils partiront en Israël. La belle affaire ! Je leur réponds que je n’ai qu’une seule patrie: la France. Alors, je fais quoi ?
Dans les années 50, il y avait plus de 55% de Chrétiens au Liban. Il y avait un Président de la République Chrétien qui avait d’importants pouvoirs. Aujourd’hui, ils sont à peine 35%. Il n’y a plus de Président. L’essentiel du pouvoir est passé aux mains du premier ministre musulman. Est-ce l’avenir de la France ? Des territoires sous le contrôle de l’islam, sous la charia ? Une France en peau de panthère où ces territoires islamistes finiront par exiger l’autonomie si ce n’est l’indépendance comme au Kosovo ? Est-ce notre avenir, celui de nos filles, de nos enfants ?
Aujourd’hui, il nous reste encore la solution politique qui consiste à sortir les traîtres à la Nation par les urnes. Il y a aussi celle de manifester comme en Allemagne. Etre présent le 18 janvier à la Bourse à 14h30 pour commencer, avec comme but de devenir un long fleuve patriote tranquille, mais déterminé. En attendant mieux.
Sinon, il faudra demain, s’attendre à des radicalisations de toutes parts. Les responsables seront déjà bien planqués ailleurs. Les Etats-Unis pourront se frotter les mains, L’Europe aura cessé d’être un concurrent dangereux et sera même devenue un terrain favorable à ses exportations d’armes individuelles. C’est certain, nous pouvons compter sur eux pour favoriser la démocratie comme ils ont su le faire en Irak et partout où ils sont passés ces 50 dernières années. Au nom de la liberté ! Ô liberté, que de crimes commet-on en ton nom !
Gérard Brazon (Le Blog)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Jeu 19 Jan - 13:27

Djemila Benhabib
· 19 h ·


Bravo à Pascal Bruckner et à Jeannette Bougrab qui viennent de gagner le procès en diffamation intenté à leur endroit par Les Indivisibles et le Parti des indigènes de la République (PIR).
Je reproduis, ici, un texte de ce dernier.
L'islam doit être critiqué Par Pascal Bruckner
LE MONDE | 31.10.2013
On le sait, depuis les régimes totalitaires, les langues, elles aussi, contractent des maladies qui peuvent les corrompre. « Islamophobie » fait partie de ces mots toxiques qui brouillent le vocabulaire et le dénaturent. Forgé par des administrateurs coloniaux français, au début du XXe siècle, pour protéger leurs « sujets indigènes » de toute contagion moderniste, il resurgit dans le discours public, au tournant de la révolution iranienne. Mais avec un autre sens : soucieux d'accéder à la dignité de l'antisémitisme, il tend à faire de l'islam un objet inaccessible à la critique, sous peine de poursuites. Il devient le nouvel instrument de propagation du fondamentalisme qui s'avance masqué, drapé dans les atours de la victime.
L'habileté de cette invention est de rétablir le délit de blasphème à l'encontre des grands systèmes de la foi. On confond l'intolérance religieuse qui relève des tribunaux, avec le libre examen d'une doctrine. Autant le racisme s'adresse aux personnes coupables d'être ce qu'elles sont, le Noir, l'Arabe, le Juif, le Blanc, autant l'opinion portée sur une confession peut varier et toucher à des dogmes toujours susceptibles d'exégèse, de discussion.
ÉVEILLER LA CULPABILITÉ OCCIDENTALE
Depuis quand une grande religion est-elle une race ? Depuis quand le jugement qu'on porte sur elle constitue-t-il un délit ? On a le droit de détester telle ou telle confession et de le dire. L'islam est une maison divisée entre progressistes et traditionalistes que le souvenir de sa grandeur perdue emplit de tristesse et de haine. Cette blessure, les fondamentalistes voudraient la cicatriser au plus vite, en l'imputant aux croisés, mécréants, sionistes alors que les réformateurs voudraient l'ouvrir plus encore afin de provoquer une secousse vitale.
Le concept d'« islamophobie » voudrait éveiller notre culpabilité d'Occidentaux. Mais il est avant tout un outil de police interne à l'égard des musulmans libéraux qui osent critiquer leur confession. Il faut les désigner, ces renégats, à la vindicte de leurs coreligionnaires, les dire imprégnés d'idéologie coloniale pour bloquer tout espoir d'une mutation, avec l'onction des supplétifs et des idiots utiles de la gauche et de la droite, toujours à l'affût d'un nouveau racisme et certains de tenir avec l'islam le dernier sujet opprimé de l'histoire.
Nous assistons bien depuis vingt ans à la fabrication d'un nouveau délit d'opinion. Il s'agit de stigmatiser ces jeunes femmes qui souhaitent s'affranchir du voile, épouser qui elles aiment et non pas qui on leur impose, foudroyer ces Français, ces Allemands, ces Anglais d'origine maghrébine, turque, africaine qui réclament le droit à l'indifférence religieuse et veulent vivre leur vie sans allégeance à leur communauté d'origine. Bref, on déplace la question du plan intellectuel ou théologique au plan pénal, toute objection, moquerie ou réticence étant passible de poursuites.
Contre-exemple flagrant : alors même que les chrétiens en terre d'islam sont persécutés, tués, poussés à l'exode, le mot « christianophobie » ne prend pas et ne prendra jamais. Étrange raté : nous avons du mal à nous représenter le christianisme autrement que comme une religion de la conquête alors qu'il est aujourd'hui celle du martyre, au moins au Proche-Orient. On peut en France, pays de tradition anticléricale, ridiculiser Moïse, Jésus, les représenter dans toutes les postures même les plus obscènes, mais on ne devrait jamais rire de l'islam. Lui seul devrait échapper à l'opprobre, à la moquerie. Quelle présomption ! D'autant que les actes antireligieux en France touchent les chrétiens même s'ils augmentent proportionnellement pour les juifs et les musulmans.
C'est bien parce que la France laïque considère ses citoyens musulmans comme des égaux qu'elle a voté la loi sur le voile. L'islam fait partie du paysage français et européen, il a droit à cet égard à la liberté de culte, à des lieux de prière corrects et au respect. A condition qu'il respecte lui-même les règles républicaines, ne réclame pas un statut extraterritorial, droits spéciaux, dérogation de piscine et de gymnastique pour les femmes, enseignement et cantine séparés, faveurs diverses. Ce qu'on peut lui souhaiter de mieux, ce n'est pas la « phobie » ou la « philie » mais l'indifférence bienveillante dans un marché de la spiritualité ouvert à toutes les croyances. Mais de cette indifférence, les intégristes ne veulent pas. Cela voudrait dire que l'islam est une religion parmi beaucoup, constat intolérable à leurs yeux. Elle ne peut pas être l'égale des autres puisqu'elle leur est supérieure à toutes. C'est bien le problème !
Par Pascal Bruckner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Mar 14 Fév - 14:10

https://www.youtube.com/embed/CAQa3p-dDW4


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: L’islam est une secte   Mer 13 Sep - 8:44

De Finlande, l’appel à une nouvelle résistance française
Par
Auteur
Anne-Laure Debaecker
/ Dimanche 10 septembre 2017 à 18:03 0

Jeannette Bougrab.

Femme française, arabe et musulmane, elle porte un regard concerné et alarmé sur les menaces qui pèsent sur l'Occident. Photo © PRESSE/EDITIONS DU CERF/HANNAH ASSOULINE

Jeannette Bougrab. Femme française, arabe et musulmane, elle porte un regard concerné et alarmé sur les menaces qui pèsent sur l'Occident. Photo © PRESSE/EDITIONS DU CERF/HANNAH ASSOULINE
Risque. Gangrenée par le wahhabisme militant, trahie par des élites fuyant le réel, notre nation doit mener la contre-offensive face aux menaces qui surviennent.

La plume comme « arme de combat ». Réfugiée en Finlande après l’attentat de Charlie Hebdo, comme chef du service d’action culturelle à l’ambassade de France, Jeannette Bougrab, avec le recul de son éloignement géographique, dénonce avec ardeur les maux qui rongent son pays dans un nouvel ouvrage, Lettre d’exil, la barbarie et nous. « Femme française, arabe et musulmane », fille de harki, ancienne secrétaire d’État et ex-présidente de la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), elle passe en revue, forte de son expérience, les domaines dans lesquels l’État a failli : éducation, intégration, immigration, laïcité, compromissions avec certains pays du Golfe… Véritable manifeste, son essai appelle avec force à oser désigner l’ennemi, l’islam radical, sa monstruosité, et à ne pas céder au renoncement et à la bien-pensance aveugle. A.-L. D.

“C’est parce que je suis en colère que j’ai décidé de reprendre la plume et, tant qu’on ne me retirera pas cette arme de combat, je m’en servirai. Ce livre n’est ni celui d’une décliniste, ni celui d’une néoréactionnaire. C’est le livre d’une femme musulmane née d’une mère interdite d’école et mariée de force alors qu’elle n’était qu’une enfant, ayant la volonté farouche de montrer la réalité d’une culture et d’une tradition qui, tout simplement, en sont arrivées à nier les femmes et à instrumentaliser les enfants. C’est le livre d’une femme qui ne veut pas redevenir comme sa mère l’a été et qui se battra pour éviter un tel destin à sa propre fille : être une sous-citoyenne qui n’a pas le droit de choisir son destin.”

L’Arabie saoudite, “guest star” du terrorisme islamiste

“Les mouvements islamistes ont tous puisé leur doctrine dans les écrits des oulémas saoudiens les plus rigoristes. L’idéologie criminelle des terroristes de l’État islamique est articulée autour des principes empruntés au wahhabisme, qui s’est durci au cours du temps pour concurrencer, depuis 1979, la révolution mondiale promise par l’imam Khomeiny. Riyad mène ainsi, à coups de pétrodollars, une vaste entreprise d’influence planétaire qui ne vise rien de moins que l’hégémonie culturelle sur l’ensemble des musulmans, où qu’ils soient.

La monarchie saoudienne […] a envoyé des imams partout où elle le pouvait afin de propager sa conception proprement xénophobe, j’assume le qualificatif, de l’islam. Elle est la guest star de ce film d’horreur dans lequel nous sommes plongés, au point que prétendre lutter sérieusement contre le terrorisme islamiste tout en continuant d’entretenir des relations diplomatiques avec la maison des Saoud relève de la folie. […] Les chiffres des financements en jeu permettent de comprendre l’étendue du phénomène. […] Certains spécialistes estiment qu’au cours des trois dernières décennies, plus de 100 milliards de dollars ont été dépensés pour exporter ce fondamentalisme, vecteur d’une diplomatie offensive. En comparaison, Moscou a consacré 7 milliards de dollars, entre 1921 et 1991, à la propagande communiste dans le monde. Le rapport entre les deux est vertigineux : les islamistes plus forts que les Soviets ! […] Aujourd’hui, alors que nul ne peut ignorer le rôle pervers de l’Arabie saoudite, personne ne se soulève contre son programme de construction de mosquées au détriment d’écoles pour instruire les enfants. Ils continuent de payer rubis sur l’ongle des prédicateurs qui répandent une idéologie rétrograde auprès des fidèles fréquentant ces mosquées au Proche-Orient, en Afrique, en Asie mais aussi en France, dans nos banlieues. Plutôt que de renoncer à des contrats juteux, on ferme les yeux, laissant le venin agir sur nos enfants.”

Le Yémen, victime de Riyad

“Le wahhabisme ne se contente pas de dominer son sanctuaire. Il se projette également à l’échelle de l’humanité et, après avoir su utiliser le soft power, il n’hésite plus aujourd’hui à influer sur le cours des relations internationales par le recours aux armes. En réduisant considérablement leur aide au développement, les États occidentaux ont ainsi laissé une place vide dans laquelle il s’est engouffré et a proliféré comme une maladie infectieuse. Au sein de territoires meurtris par des guerres civiles à répétition, qui exposent les populations à l’exode et à la mort, les gouvernements n’ont d’autre choix que de signer un pacte avec le diable, vendant ainsi leur âme. L’Arabie saoudite, en contrepartie de ses aides financières, exige de son vassal une soumission totale et fait la guerre, au besoin, contre ceux qui se révoltent.

Le Yémen en est un triste exemple. À Sanaa, Riyad avait installé au pouvoir Abdrabbo Mansour Hadi, qui a finalement été renversé, en mars 2015, par les houthistes, des rebelles chiites soupçonnés d’être sous la coupe de Téhéran. La pétromonarchie du Golfe a alors décidé de constituer une coalition rassemblant dix pays d’obédience sunnite et mène depuis lors une bataille des plus atroces pour réinstaller son protégé. Peu importe le prix. La fin justifie les moyens. Rien n’ébranle la conscience des Saoudiens, si toutefois ils en ont une, question légitime à se poser quand on fait le bilan de leur action meurtrière. […] Ainsi, malgré les demandes de cessez-le-feu au Yémen devant la catastrophe humanitaire, elle bombarde, détruisant à tout va : écoles, hôpitaux, convois funéraires. Elle tape dans le tas, causant la mort de près de 8 000 civils.”

“Racisme imaginaire” et prétexte de l’amalgame

“Si certains doutaient de l’impérialisme de cet islam conquérant, qu’ils ouvrent enfin les yeux. Son objectif est de convertir l’humanité tout entière à ses principes rigoristes. Il force les hommes à choisir entre la conversion à l’islam et la mort. Le terrorisme n’est qu’une méthode pour soumettre les enfants, les femmes et les hommes à Allah. Comme en Arabie saoudite, aucune autre forme de religion ou de conviction n’est tolérée. Alors quand, de ma douce Finlande, je lis la presse relatant l’horrible répression dont seraient victimes les musulmans dans le pays de Voltaire et de Rousseau, je me bidonne. Les bras m’en tombent. Je m’insurge contre ces thuriféraires qui exaltent un “racisme imaginaire”, arguant systématiquement que la peur de l’amalgame n’induise l’intolérance. Comme le notent avec lucidité Mohammed Arkoun et Joseph Maïla, ils préfèrent continuer à défendre « le vrai visage de l’islam », présenté comme « une épure spirituelle, anhistorique, universelle, sans aucun rapport avec les errements des terroristes fondamentalistes ». Ben Laden et les autres ne seraient que des êtres perdus dont l’endoctrinement n’aurait rien à voir avec les nobles enseignements du Coran et du Prophète.”

Terrorisme : l’héritage de Mitterrand

“Le refus de dénoncer le terrorisme est, d’une certaine manière, l’héritage de la France de Mitterrand. En effet, après la défaite de la droite à la présidentielle de 1988, Michel Rocard reprend la politique de complaisance à l’endroit des militants de la violence radicale. Au même moment, l’Algérie entre dans la tourmente. Devant les tensions sociales qui déstabilisent le pays, le gouvernement héritier du FLN décide d’organiser précipitamment des élections. Le Front islamiste du salut (Fis) remporte haut la main le premier tour des législatives. Les généraux en décident autrement et reportent sine die le deuxième tour, effrayés qu’ils sont à l’idée que les fondamentalistes installent une théocratie.

Les chancelleries occidentales, devant ce qu’elles considèrent comme un coup d’État militaire, critiquent avec une naïveté criminelle la décision d’Alger.

François Mitterrand, interrogé, a cette phrase terrible : « Il faut que l’Algérie renoue avec le processus démocratique. » […] Ignore-t-il vraiment l’étendue des massacres perpétrés par le mouvement islamiste pour préférer soutenir ses militants en leur donnant l’asile ? Le fait est que les dirigeants du Fis trouvent alors en France une base arrière pour continuer leurs actions terroristes en Algérie.”

Une autre France, islamique

“Un pan entier de la jeunesse française réfute l’histoire de France, refuse de se reconnaître dans la culture française… et même dans la langue française. Comment nier que loin de toucher quelques individus isolés, l’enrôlement dans l’islam radical révèle l’émergence d’une autre France qui se reconnaît davantage dans la loi musulmane ? Une autre France qui vit de plus en plus séparée de la première, la regarde avec défiance, et commence à rêver de s’imposer vis-à-vis d’elle, arguant de la supériorité de ses “valeurs” sur celles, justement, prônées par la République. Une autre France qui s’affiche par le port de plus en plus massif non seulement du voile et de ce sac dont les femmes revêtent d’informes pantalons, mais encore du qamis ou de la djellaba dont se couvrent les hommes, tous afin de bien souligner leur “différence”, c’est-à-dire leur refus d’assimilation. On parle de repli identitaire ? Moi je dénonce un déploiement de l’identité islamique dans ce qu’elle a de plus caricatural. Aucun précédent historique n’avait préparé les prétendues élites françaises à cette nouvelle réalité, tout à fait inédite : la troisième génération d’immigrés déniant le pays d’accueil de leurs arrière-grands-parents !”

L’aveuglement de Michel Foucault

“Michel Foucault, même si on doit par ailleurs saluer son oeuvre philosophique, est l’un des grands responsables de la complaisance actuelle des intellectuels à l’égard de l’islamisme. Envoyé par le Corriere della Sera à l’automne 1978 dans un Iran en ébullition, il est enthousiasmé par le mouvement populaire qui va conduire au renversement du Shah. Un peu plus tard, il justifie la violence de la révolution des Mollahs. […] À relire le Foucault de la fin des années 1970, on en éprouve quelque tristesse : il a certes compris très tôt le poids politique de l’islam face à un monde occidental sans Dieu, mais on se demande par quelle aberration cet esprit brillant a bien pu s’aveugler sur la barbarie en marche. Son élan de sympathie a ouvert la voie à la condamnation des défenseurs de la liberté et de l’égalité par la cléricature intellectuelle. Elle n’est pas sans rappeler le traitement que l’on infligeait aux dissidents soviétiques envoyant des messages sur la réalité oppressive du régime communiste. Les intellectuels occidentaux sont devenus les alliés du régime soviétique, cédant à la fascination de la révolution d’octobre 1917. Henri Barbusse, Romain Rolland, Louis Aragon participèrent ainsi à la création d’une chimère meurtrière qui fit près de 80 millions de victimes. Sans oublier Jean-Paul Sartre qui, en 1954, de retour de son propre voyage en URSS, glorifia le stalinisme.

C’est dans la lignée de Michel Foucault, comme le rappelle Michael Walzer, que la philosophe américaine Judith Butler considère le Hamas et le Hezbollah comme des mouvements sociaux progressistes qui font partie intégrante de la gauche altermondialiste.”

L’urgence de la « déradicalisation des esprits »

“Les origines du mal qui est en train de conduire à la décomposition macabre de notre nation sont connues. D’abord le différentialisme inspiré du modèle anglo-saxon a triomphé, privilégiant les droits des groupes au détriment des individus avec son pendant, le relativisme culturel. Les États sont prêts à accepter des dérogations aux droits fondamentaux tels que l’égalité entre les femmes et les hommes pour des communautés. […] La guerre contre Dae’ch est une chose. Mais le combat contre les “bien-pensants” occidentaux en est une autre, à bien des égards, plus complexe et sournoise. Il est vital que nous commencions dès à présent cette “déradicalisation” des esprits, à l’instar de ce que l’on tente de faire avec les djihadistes rentrés de Syrie ou d’Irak. Cette bataille des idées sera longue et complexe. En toute hypothèse, elle est vitale pour notre civilisation.”

Lettre d’exil, de Jeannette Bougrab, Les Éditions du Cerf, 224 pages, 18 €.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’islam est une secte   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’islam est une secte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Islam est une secte juive.
» Bergoglio lave les pieds de mahométans
» les kharijites ,une secte preditent par notre prophete
» Islam: religion de Dieu ou religion du Diable
» temoin de jehovah une secte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Nef des Fous :: Débats :: Islam-
Sauter vers: