La Nef des Fous

Débats oecuméniques
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Islamophobie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yacoub

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Islamophobie   Dim 24 Avr - 9:41

L’islamophobie, parlons-en !
Habib Ben Fredj·samedi 23 avril 2016


Cela fait des années que je critique l’islam et jamais un Tunisien ne me l’a reproché, à part, bien entendu les intégristes musulmans purs et durs . En revanche, ce sont souvent des Français qui se disent de gauche ou des Français d’origine étrangère et de confession musulmane qui manifestent de manière virulente leur hostilité à mes propos et qui me traitent de raciste comme si en Tunisie on avait un FN ou une communauté musulmane d’origine étrangère . Je serais donc un raciste mais vis-à-vis de qui ? Je vous le demande .
La question de l’islamophobie ne doit donc pas être posée de la même manière, indépendamment du contexte politique et géographique .

En France, les islamistes représentent certes un danger, mais ce problème est encore sous contrôle et on imagine mal que des intégristes musulmans puissent s'emparer du pouvoir et imposer leur charia à l’ensemble du peuple français .

Ce n’est pas le cas pour la Tunisie où les islamistes ont accédé au pouvoir et risquent encore de le reprendre , sachant qu’ils le partagent actuellement avec les libéraux . Le jour où ils auront les coudées franches, les assassinats et les attentats reprendront de plus belle et l’épuration des progressistes et des modernistes sera mise en œuvre de manière systématique .

Dans ce cas être islamophobe est un acte salutaire, voire un devoir moral et politique pour protéger les libertés démocratiques et les acquis des femmes . On pourrait toujours me rétorquer que la plupart des Tunisiens sont des musulmans modérés et qu’il n’est donc pas nécessaire de s’en prendre à l’islam politique modéré . Ma réponse est qu’il n’existe pas d’islam politique modéré . Les monarchies du Golfe et la Turquie sont perçues par les dirigeants américains et européens comme des régimes islamiques modérés . Tout le monde sait que ces pays ne sont pas un modèle de démocratie et les droits humains élémentaires , surtout des femmes y sont inexistants. Rappelons également que la plupart de nos musulmans modérés en Tunisie votent massivement pour les intégristes d’Ennahdha , qui est une branche de l’organisation terroriste mondiale des « Frères Musulmans ».

Revenons maintenant à la France . Il y a deux types d’islamophobie : celle du Front National qui fait constamment l’amalgame raciste entre musulmans et étrangers et qui craint pour la pureté de la race des Français de souche . Ces gens-là mettraient dehors , s’il le pouvaient, tous les étrangers , y compris ceux qui sont nés en France , même s’ils étaient athées . Pourtant un bon nombre de dirigeants politiques français sont d’origine étrangère, sans parler des écrivains, des scientifiques des athlètes et des artistes …

L’autre catégorie d’islamophobes que je trouve tout à fait légitime et que je soutiens c’est l’ensemble des agnostiques et des athées ou tout simplement de gens qui n’apprécient pas les dogmes et les pratiques de l’islam , surtout quand cette religion empiète sur l’espace public et permet d’exhiber son appartenance religieuse par des tenues vestimentaires obscurantistes et moyenâgeuses . La liberté de croyance est un droit certes, mais ce droit n’implique pas qu’on doive accepter ce qu’il y a dans l’islam comme régression et atteinte aux valeurs démocratiques et à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes .

On ne peut pas reprocher à quelqu’un de ne pas aimer l’islam . C’est son droit .

Il est vrai qu'on n’a pas le droit de critiquer les origines ethniques ou raciales des gens , car on ne choisit pas la couleur de sa peau , mais une religion , on peut la choisir ou la refuser .

Bref, l’islamophobie n’a aucun rapport avec le racisme .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Islamophobie   Mar 9 Aoû - 14:48

Salman Rushdie frappe fort


On savait déjà que Salman Rushdie, le célèbre auteur des Versets sataniques, n’a pas la langue dans sa poche. Il a toujours dénoncé la montée de l’islamisme et l’aveuglement de l’Occident face à l’intégrisme.

Mais dans une récente entrevue dans le magazine L’Express, il s’en prend carrément à la gauche, à certains intellectuels, et il assène deux ou trois vérités à ceux qui n’ont rien compris après les assassinats à Charlie Hebdo.

Qui est Charlie ?


Salman Rushdie vit dans la clandestinité sous protection policière depuis 1989, quand une fatwa a été lancée contre lui.

Qu’est-ce qui a changé dans les mentalités un quart de siècle plus tard? lui demande le journaliste de L’Express. «Plus de 25 ans après les Versets sataniques, il semble qu’on en ait tiré de mauvaises leçons. Au lieu d’en déduire qu’il faut s’opposer à ces attaques contre la liberté de s’exprimer, on a cru qu’il fallait les calmer par des compromis et des renoncements.»

Vous avez bien lu. Rushdie n’en revient pas: on se met à genoux devant les intégristes au lieu de se tenir debout devant eux.

Comment en est-on arrivé là? «On peut déplorer un retour du politiquement correct dans les milieux intellectuels», répond l’auteur.

En fait, ce que déplore Rushdie, c’est qu’aujourd’hui ce soit la gauche qui refuse de se battre pour la liberté d’expression. On en a eu un bel exemple plus tôt cette année quand de grands auteurs (dont le Canadien Michael Ondaatje et l’Américaine Joyce Carol Oates) ont refusé de participer à une remise de prix du courage à Charlie Hebdo lors du congrès de l’association de défense de la liberté d’expression PEN.

«J’ai alors eu la sensation que si les attaques contre Les Versets sataniques avaient lieu aujourd’hui, ces gens ne prendraient pas ma défense et useraient de ces mêmes arguments contre moi, en m’accusant d’insulter une minorité ethnique et culturelle.»

C’est quand même le monde à l’envers! Alors qu’en 1989 c’étaient les gens de droite (dont l’entourage de Margaret Thatcher) qui avaient critiqué Rushdie en lui lançant qu’il avait fait de la provocation, aujourd’hui c’est la gauche qui refuse de défendre la liberté d’expression de Charlie Hebdo. La raison invoquée par ces grands intellectuels, supposément progressistes et tolérants, pour snober Charlie Hebdo? Ils trouvaient le magazine islamophobe.

Un argument que réfute Rushdie de façon cinglante. Charlie est tout sauf raciste. «En vérité, ce point, le contenu même du magazine, est sans importance, car la liberté de parole implique de défendre l’expression d’opinions que vous ne partagez pas. Ces personnes, rappelons-le, ont été assassinées parce qu’elles faisaient des dessins.»

Les islamophobes

Rushdie, qui est lui-même issu d’une famille musulmane, lance une affirmation qui va faire frémir certains intellectuels québécois. «Il faut en finir avec ce tabou de la prétendue “islamophobie”. Pourquoi ne pourrait-on pas débattre de l’islam? Il est possible de respecter des individus, de les préserver de l’intolérance tout en affichant son scepticisme envers leurs idées, voire en les critiquant farouchement. Combattre l’extrémisme, je le répète, n’est pas combattre l’islam. Au contraire. C’est le défendre.»

Vous ne trouvez pas que ça fait bien d’entendre ça de la bouche d’un grand penseur comme Salman Rushdie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Yacoub

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Islamophobie   Dim 14 Aoû - 12:26

Un imam et son assistant tués dans une fusillade à New York

Un imam et son assistant ont été tués samedi près de leur mosquée du Queens, à New York. On ignore les motivations du tueur, actuellement en fuite. La communauté musulmane pointe du doigt le discours haineux de certains politiques.

Un imam et son assistant ont été tués par balles, samedi 13 août, à proximité d'une mosquée de New York, a indiqué la police, qui n'a pas avancé de mobile.

Maulama Akonjee, 55 ans, et son assistant Thara Uddin, 64 ans, ont été abattus, dans le quartier populaire d'Ozone Park, dans le Queens. Touchés à la tête, ils ont été transportés à l'hôpital Jamaica, où le décès de l'imam Akonjee a été constaté et où l'autre homme, Thara Uddin, a succombé à ses blessures.

La police a fait savoir qu'elle ignorait à ce stade les motivations du tireur. "Rien n'indique dans l'enquête préliminaire qu'ils [les victimes] aient été ciblés en raison de leur foi", a déclaré la police à des journalistes.

Un homme soupçonné d'être l'auteur des coups de feu, et actuellement en fuite, s'est approché des deux victimes par derrière. Des témoins ont vu le suspect s'éloigner du lieu avec une arme de poing après les tirs, d'après la police.

Selon des médias américains, les deux hommes ont été tués en sortant de la mosquée Al-Furqan Jame Masjid après la prière, en tenue religieuse. "Quand un responsable religieux est tué en plein jour dans les rues du Queens, nous devons rester une communauté unie et demander justice !" a tweeté le représentant du quartier au sein du conseil municipal de la ville, Eric Ulrich.

"Regardez le résultat de vos discours de haine"

Au sein de la communauté musulmane de New York, on craint que ce meurtre soit un crime de haine islamophobe. Des dizaines de personnes se sont rassemblées samedi soir près de la scène du crime, criant "Nous voulons que justice soit faite". "Quand on garde le silence, on permet à ces crimes de continuer", a déclaré Afaf Nasher, directeur pour la région de New York du Council on American-Islamic Relations (CAIR), la principale association américaine de défense des musulmans.

"Les responsables politiques comme Donald Trump ou Rudolph Giuliani [ancien maire de New York] qui considèrent l’islam et les musulmans comme les ennemis, regardez le résultat de vos discours de haine", s'est insurgé devant la presse Johari Abdul-Malik, imam.

"C'est un crime motivé par la haine, de quelque manière qu'on le considère", a déclaré Kobir Chowdhury, qui dirige la mosquée Masjid Al-Aman à Brooklyn, proche du lieu du double meurtre. C'est de la haine envers l'humanité, c'est de la haine envers les musulmans, ce sont des islamophobes qui causent ce genre de problèmes."

La question de la position des musulmans aux États-Unis et de l'islamophobie suscite de nombreuses polémiques depuis une série d'attentats sur le sol américain dont certains ont été revendiqués par l'organisation État islamique (EI) et depuis la proposition consécutive du candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, d'interdire temporairement l'entrée des étrangers musulmans aux États-Unis.

L'imam Maulama Akonjee est décrit comme un homme paisible très apprécié de la communauté musulmane d'Ozone Park, où vit une importante communauté religieuse, principalement originaire du Bangladesh. "Il ne ferait pas de mal à une mouche", a affirmé son neveu, Rahi Majid, âgé de 26 ans, au New York Daily News. "On le voyait marcher dans la rue et répandre la paix".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Islamophobie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Islamophobie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Foi chrétienne, fondamentalisme et islamophobie
» Islamophobie, le nouveau fléau français
» D'ou vient le mot islamophobie
» islamophobie
» Islamophobie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Nef des Fous :: Débats :: Islam-
Sauter vers: